Holy Crab, le Crabe aux pinces d’or.

La petite ville côtière de Kep est célèbre pour son marché aux crabes, animé du soir au matin, et au coeur duquel le kilo de crustacé se vend à trois dollars pour ceux qui négocient le mieux. En plus de cette spécialité, souvent parfumée au poivre de Kampot, le calamar, les crevettes et le poissons grillés parfument les allées bordées de petits étals, de barbecues de fortune et de tables autour desquelles touristes et locaux s’emploient à décortiquer leur repas du jour. Et le spectacle des pêcheurs, occupés à récupérer, vider, remettre leur panier dans l’eau, ou encore à vendre leur butin quotidien, est d’une authenticité délicieuse.

Un peu plus loin, toujours au bord de ce si généreux Golfe de Thaïlande, bon nombre de restaurants, évidemment spécialisés dans les produits de la mer, ont poussé, pour un peu plus de calme, pour échapper à l’effervescence du marché où les vendeurs donnent le meilleur d’eux-mêmes pour écouler leur interminable stock.

Parmi ces quelques adresses, le Holy Crab, subtil mélange de bois, de bambous, et de briques ocres, offre la possibilité de s’installer tranquillement face à la mer, de profiter du vent rafraîchissant qui caresse la côte, du bruit des vagues, des dessins éphémères de l’écume et de quelques nasses flottantes dans l’attente d’être repêchées.

Bien sûr, les prix sont plus levés qu’au marché, où le produit est brut ou presque, simplement posé sur la grille. Ici, le crabe est décliné dans toute ses splendeurs : il est frit, préparé en spring rolls, avec des pâtes, servi tel quel avec un peu de mayonnaise, cuisiné au curry, à l’ail, au citron, en soupe, en amok, au poivre de Kampot, au poivre vert, ou encore au lait de coco.

Le poulpe, le calamar, les crevettes, le barracuda, ou encore le santé sont également à la carte. L’occasion idéale pour s’essayer à la gastronomie maritime cambodgienne.

Holy Crab est situé à 50 mètres du marché aux crabes.